Le “Centro Nazionale di Studi Cateriniani” (depuis 2008, “Centro Internazionale di Studi Cateriniani”) a été fondé à Rome (Italie) en 1940 par Mario Felice Bianchi (1885-1966), pigiste et suscitateur de plusieurs initiatives catheriniennes, parmi lesquelles la “Corporazione dei Caterinati” (1926).

Au moment de sa fondation le Centre eut son siège en Salita del Grillo 37, près du lieu où en 1574 avait été transférée la communauté de Tertiaires dominicaines restées dans la maison de la rue du Pape après la mort de Catherine.

Le 28 mars 1963, à la demande de M. Bianchi, la charge de Président du Centro Nazionale di Studi Cateriniani fut assumée par Luigia Tincani (1889-1976), qui dès 1933 avait commencé une petite activité éditoriale (les “Edizioni Cateriniane”) et après la guerre (mars 1947), en concomitance avec le sixième centenaire de la naissance de St. Catherine de Sienne, avait commencé la publication des collections “Quaderni Cateriniani” et “Corona Aurea”.

Parmi les premiers associés et supporteurs du CNSC furent inscrits les dominicains P. Luigi Ciappi, théologien de la Maison Pontificale, P. Antonino Silli et P. Tarsicio Piccari (secrétaires de l’Institut “Beato Angelico” près du couvent “Santa Maria sopra Minerva”), aussi bien que l’écrivain Adriana Cartotti Oddasso et les professeurs Giorgio Petrocchi et Umberto Marvardi.

Après quelque déplacement, de 2002 à 2016 le siège du Centre fut dans la maison où Catherine avait habité pendant les derniers mois de sa vie – dès l’été 1379 jusqu’à sa mort (29 avril 1380) –, dans la rue du Pape (aujourd’hui place Sainte-Claire, 14). Au rez-de-chaussée de ce bâtiment, petit à petit transformé par de restructurations successives, reste la Chapelle dite “du Transito” de sainte Catherine de Sienne.

Les premiers Statuts du Centre, conformes aux directives du Ministère de l’Instruction Publique, remontent à 1978; dès 2009 des nouveaux Statuts ont été en vigueur, jusqu’à la rédaction actuelle (2017).

Le 30 avril 1962, au dehors des bastions du Château Saint-Ange, fut inauguré le Monument à sainte Catherine, dont le CNSC, en étroite collaboration avec la Famille Dominicaine, avait promu la réalisation en la commandant au sculpteur Francesco Messina. La statue, en marbre blanc de Carrara, exprime efficacement la sollicitude qui dans les jours les plus dramatiques du schisme éclaté alors à Rome pousse Catherine vers la basilique de Saint-Pierre, tandis que les bas-reliefs représentent quelques moments significatifs de sa mission. À partir de 1962 le 29 avril de chaque année, près du monument, l’administration communale de Rome offre un hommage floral à la Patronne de la ville par une cérémonie publique.

Dès 1963 la Vice président du CNSC fut Giuliana Cavallini (1908-2004), qui devint Directeur du Centre près de la deuxième Président, Anna Maria Balducci. Giuliana Cavallini a contribué à innover les études catheriniennes en les appuyant sur le solide fondement des recherches philologiques, qui ont eu leur centre dans l’édition du Dialogue (1968; 19952) et des Oraisons (1978). Sa collaboration avec plusieurs savants s’est articulée aussi en maintes conférences et cycles de leçons qu’elle eut en Italie et à l’étranger.

Aux études philologiques le Centre a bientôt uni la recherche iconographique, à laquelle après Lidia Bianchi travaille Diega Giunta, qui succéda à Giuliana Cavallini à la direction du CISC (2004-2014).

Lu 1420 fois Dernière modification le mardi, 05 mars 2019 11:08
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire